4
Posted 11/06/2014 by ET in Prévenir les difficultés
 
 

23 astuces économiser et développer son entreprise quand les temps sont durs


Le chômage est toujours là et la crise aussi. Les plus touchées sont encore les TPE dont la trésorerie ne permet pas de tenir plusieurs mois au ralenti et ce malgré un structure légère. Bref, quand on ne peut que difficilement vendre plus, il faut dépenser moins !

Voici quelques points ou astuces que vous pouvez mettre en oeuvre selon votre activité :

Gestion de l’entreprise

  1. Employer des intérimaires : certes c’est une solution onéreuse mais en ces temps d’incertitudes où l’activité peut être très importante sur un mois et complètement atone sur le mois suivant, la solution du travail temporaire est très judicieuse. C’est toujours mieux que de voir ses employés se tourner les pouces et les payer pour ça… Un employé à temps partagé peut être une solution avantageuse lorsque l’on ne peut se payer des compétences pointues à plein temps.
  2. Donner la chance aux jeunes : ils sont certes sans expérience mais ils sont aussi bien moins onéreux^(stagiaires, apprentis, sans qualification sur tâches simples…) et s’adaptent en général vite. Attention, il faut quand même s’en occuper pour les former.
  3. Utiliser des travailleurs indépendants : comme pour les intérimaires, les travailleurs indépendants ont l’avantage de vous fournir de la souplesse. Que cela soit des agents commerciaux payer en commissions ou des cadres en temps partagés ou en mission à durée déterminée (pour le déploiement d’un système d’information en PME), n’hésitez pas. Méfiez vous de ne pas employer un indépendant sur un travail de type « salariat » ou contrat de travail déguisé, l’URSSAF est assez pénible et les contours sont flouent.
  4. Acheter d’occasions : n’investissez pas bêtement dans du matériel, mobilier, ou véhicules neufs alors qu’avec ces multiples faillites d’entreprises il est possible de trouver de bonnes occasions. Vous pouvez même trouver des cartouches d’encre usagées et re-remplies.
  5. Utiliser des logiciels gratuits : il existe une pléiade de logiciels Open Source tout aussi performants ou presque que ceux payants – et aux licences exorbitantes que cela soit pour un ERP, un outil de suivi commercial (CRM) ou un logiciel de conception type CAO. Certains softs sont faciles d’utilisation et d’autres solutions, bien qu’Open Source, nécessitent de passer par un professionnel pour être configurer parfaitement. Pensez-y !
  6. Devenir mobile : l’emplacement d’un magasin peut vite devenir cher. La solution ? Un camion-magasin comme un food truck, un étal ou un kiosque sont souvent bien moins onéreux et la location peut permettre de tester des produits ou un concept à moindre coût.
  7. Traquer vos dépenses : réutilisez vos feuilles imprimées, ne changez pas les stylos mais les recharges, réutilisez les cartons pour vos envois (certaines boutiques sont même heureuses de vous les donner) … la débrouille marche aussi avec l’entreprise surtout pour chasser les gaspillages et les dépenses inutiles ! Traquer veut dire aussi « noter » : un petit cahier ou un fichier excel vous permettra de gérer /voir vos dépenses (et de les comparer avec les ventes que vous devez faire pour les couvrir).

Relations avec les clients

  1. Se faire payer : très important en ces temps difficiles.
  2. Faire de la pub à moindre coût : n’hésitez pas à faire parler de vous sur vos factures, proposez des réductions ou des coupons … Un blog gratuit sur wordpress.com peut aussi vous amener un peu de monde, faire office de  page d’accueil à moindre frais et faire parler de vous. Une chose importante si vous vous lancez dans une page web : faites la vivre ! Conseils, anecdotes, concours, présentations de nouveautés, interviews … tout est bon tant que c’est varié et que vous ne donnez pas l’impression de chercher à vendre (le bon moment viendra).
  3. Sortir et discuter :  avoir un réseau est important. Pour se faire il faut rencontrer des gens dans la réalité (sur les forums, mais ce n’est pas toujours efficace) et sans attaquer de front – c’est à dire chercher à vendre quelque chose -, sympathiser ou faire connaissance. Il existe de nombreuses associations locales professionnelles comme les Lion’s club ou Rotary qui permettent de partager un bon moment et de se faire des connaissances au niveau local, cela peut aussi passer par des associations sportives ou culturelles dynamiques – attention aux frais d’adhésions… Un autre moyen est d’aller en tant que visiteur sur les salons ou expositions pour professionnels (en tant visiteur c’est parfois gratuit).
  4. Faire parler ses clients satisfaits : si vous avez un site internet ou un prospectus, demandez leur de laisser un avis ou de pouvoir utiliser leur recommandation. C’est généralement un super outil pour rassurer les prospects.
  5. Ecouter les clients insatisfaits et les prospects : si vous voulez progresser et faire progresser vos services ou produits, il faut écouter votre marché. En particuliers les clients insatisfaits afin de comprendre pourquoi, d’y remédier et de leur proposer quelque chose pour qu’ils deviennent des clients satisfaits. « Un client satisfait parlera de vous à 1 personne, un client non satisfait à 5. »
  6. Etre un bon voisin : votre environnement proche recèle souvent d’opportunités cachés que vous ne voyez pas car elles sont sous votre nez ou hors de votre cercle de connaissance (peut être que votre voisin de pallier connait Lionel Messi personnellement ?). N’hésitez pas à partager votre fichier client – si ce n’est pas le même business –  ou un fournisseur. Vous verrez que votre sympathie et votre aide seront appréciées un jour ou l’autre ! Recommandations, envoi d’amis ou de famille ou de clients … voilà ce qui peut faire décoller votre CA. La coopération sera la clé !
  7. Demander de l’aide à vos connaissances : les gens en général n’hésiteront pas à vous donner un petit coup de main dans ces temps de crise. Il faut pour cela mettre votre peur et fierté de côté, ne pas douter et demander à vous envoyer des prospects ou des clients – ou du moins des contacts. Etre recommandé par quelqu’un est vraiment quelque chose de très important lorsque vous abordez un prospect en BtoB.

 

Relations avec les professionnels

  1. Négocier tout et ne pas hésiter à renégocier en comparant plusieurs devis : votre banque, votre comptable, vos contrats d’assurance, d’électricité, de gaz, de téléphone… bref tout peut être négocié !
  2. Ne pas hésiter à partir pour la concurrence : J’ai personnellement économisé près de 1000 €/an sur le comptable (en enlevant des prestations inutiles) et 600 €/an sur l’assurance (avec une meilleure garantie) en changeant de crèmerie et en leur expliquant que je ne pouvais plus continuer à supporter leur tarif.
  3. Demander à un avocat ses tarifs avant de lui demander quelque chose : en envoyant un email après avoir lâché 5000 € pour le rachat de la société, j’ai été facturé de 1000 € de plus pour l' »analyse » d’un contrat de location d’imprimante que je souhaitais arrêter  (2 pages sur lequel je demandais son avis quant à l’opportunité où non de mettre un terme à la location avant l’échéance). Les avocats, notaires et comptables n’aiment pas trop parler d’argent mais n’hésitent pas à vous allumer alors soyez sans gêne sur ce point et sans pitié avec ces « pauvres hères ».
  4. Apprendre au lieu de faire faire : engager quelqu’un pour réaliser certaines tâches ou certaines études peut être tentant. Mais peut-être qu’une après midi avec un expert suffirait pour apprendre à faire soi-même certaine chose comme les factures, une étude marketing ou un business plan ?
  5. Faire attention aux respects des contrats et engagements : les actions en justice sont parfois longues, coûteuses en temps et en argent. Ne perdez pas de vue que vous devez sauver votre boîte et que vous n’avez pas besoin de telles mésaventures.

Optimisation des achats

  1. Se grouper pour payer moins cher : pour une somme modique voir gratuitement dans certains endroits, il vous est possible de rejoindre une association d’entreprises ou GIE (voir société selon la structure choisie). Un des avantages de ce genre de regroupement c’est celui de bénéficier d’un pouvoir de négociation plus important et donc d’obtenir les meilleurs tarifs pour les fournitures de bureau, l’énergie, etc.
  2. Mutualiser des services : conciergerie, garderie ou crêche, entretiens des locaux ou des espaces verts, homme toutes mains… voici la liste non exhaustive des prestations que peut fournir une association ou un groupement d’entreprises. C’est un avantage pour faire bénéficier à vos salariés et à moindre coût de services pratiques qui peuvent être un argument important lors d’un recrutement – et avec un budget serré.
  3. Pousser au maximum vos délais de règlements : en tant que TPE vous remarquerez que c’est toujours à vous de faire l’effort et tenir vos délais. Essayez de négocier une ristourne pour un paiement en avance si votre trésorerie le permet. Si vous recevez un « non » catégorique, c’est à votre avantage de payer le plus tard possible. Soyez sans crainte, avant d’être déclaré mauvais payeur et de vous faire supporter des intérêts légaux, vos fournisseurs doivent vous relancer avec la manière (à la seconde relance, payez).
  4. Faire du troc : cela peut être un bon moyen d’échanger des produits en stock depuis un moment et de préserver son compte en banque contre un service ou un autre produit. Il ne semble pas exister pour l’heure de structure dédiée aux professionnels comme c’est le cas aux USA (cf. http://www.bartertrainer.com/). Un super remède contre la crise selon moi.