0
Posted 10/01/2017 by ET in L'Etat c'est moi
 
 

L’importance économique des assurances

assurance gérant senior
assurance gérant senior

L’assureur est un rouage essentiel de l’économie. L’assurance, avec compensation en argent ou en nature, permet de rétablir une confiance en avenir par la diminution des risques liés aux aléas incertains.

Malgré son impopularité, d’ailleurs confirmé en 2016 via Deloitte par le fait que les étudiants délaissent le secteur des assurance, l’assurance s’est étendue à toutes les sphères. Assurance professionnelle pour les acteurs économiques, assurances particuliers pour les risques liées à notre « humanité ».

La santé est souvent au coeur du développement de la couverture de ces risques.

Lien entre assurance et entrepreneuriat

Les biotech et autres start-up qui visent à développer des nouveaux traitements, des nouvelles techniques de diagnostics ou autres moyens de prises en charge pour les maladies ou les populations vieillissantes doivent, en partie, leur naissance à l’assurance maladie.

L’assurance maladie garantit donc la réalisation de prestations de soins la plupart du temps inabordables sans couverture des risques. Jean-Hervé Lorenzi 

L’assurance favorise l’émergence du secteurs des biens et services de santé. En outre, c’est un acteur majeur sur le marché de l’emploi : la Sécurité Sociale comptait 90% de ses effectifs en 2009 pour l’assurance maladie.

Dire que la hausse des dépenses de santé est due à un système caduc serait omettre les vraies raisons : une augmentation du PIB par habitant (richesse produite) et le vieillissement de la population. La France reste cependant derrière les USA en terme de part de PIB des dépenses liées à la santé (11% contre 16%).

Si le privé représente, avant la réforme d’Obama, 55,48 % des dépenses de santé, il est clair qu’en France, malgré un lent désengagement de l’Etat, que les dépenses de santé étaient à près 78% assurés par l’Etat, avec nos impôts (donc un désengagement devrait se traduire par une baisse d’impôt, ce qui n’est pas le cas).

Un système obligatoire renforce la disparité entre assurés : accès à pas assez ou au contraire trop d’offres de soin. Un système volontaire permet d’affiner et d’adapter les besoins en proposant des innovations, non accessibles via le système obligatoire. Il a tendance donc à influencer l’investissement sur le long terme dans le secteur de la santé.

 

L’assurance influence les comportement des agents économiques en accroissant leur confiance en l’avenir. Par conséquent, elle agit sur leur optimisme et induit une demande. Cette demande augmente le nombre d’emplois disponibles et accélère le progrès technique et l’innovation. Jean-Hervé Lorenzi 

L’assurance est un secteur économique capital qui est également utilisé dans les politiques de développement.

Une offre d’assurance en retard ?

Si l’assurance professionnelle s’est métamorphosée pour s’adapter à ses nouveaux clients et donc leurs nouveaux risques, l’assurance santé – et les autres contrats liés à la personne – n’est pas encore adaptée au changement démographique.

La plupart des offres sont pour les personnes de moins de 60 ans : en effet, le risque était auparavant de mourir jeune (mortalité infantile élevée). Or le vieillissement a fait que la vie s’allonge mais que le risque est désormais de devenir dépendant, incapable ou de contracter une maladie grave. Entre 2005 et 2025 il est prévu que le nombre des personnes âgées de plus de 75 ans accroissent de 35% selon une enquête de l’INSEE de 2010 !

D’autre part la consommation des personnes de 60 ans en médicaments est 2 fois plus importante que l’ensemble de la population. La consommation des 80 ans et plus de médicaments est 3 fois plus importante selon Marie-Ève Joël. PME et grands laboratoires commencent à s’intéresser à ce marché.

Il est enfin d’autant plus probable que les dépenses des « papy boomers » en matière de santé seront bien plus importantes que les générations précédentes. Ils sont en effet marqués par la société de consommation, contrairement au génération d’avant guerre.

Dernier point, les assurances professionnelles vont également devoir s’adapter aux « silvers », ces entrepreneurs ou actifs âgés qui souhaitent continuer malgré les 60 ans passés. Actuellement peu d’offres spécifiques existent pour cette catégorie de gérant ou d’entrepreneurs.